Souvenirs d'enfance

{ Lasagnes et gâteaux au chocolat }

cupcakes-1081963

Crédit photo: Unsplash

Ces mots me viennent inévitablement en images et s’animent sous mes yeux lorsque mes pensées volent vers ma mère. Ma mère, mon idole, je n’ai pas assez de mots pour la décrire. Une grande femme jadis téméraire, une aventurière, une artiste…un cœur d’or… Est-ce possible que cela m’ait pris plus de trente ans avant de le réaliser?

Voyez-vous, j’étais à une époque, il y a à peine quelques années de cela, une jeune femme tourmentée, amère et égoïste, à la recherche de mon identité véritable, enfouie quelque part dans les méandres de mon enfance que j’estimais malheureuse…

Je ne saurais expliquer comment ni pourquoi, mais, par un soir de juillet sous une brise agréable et chaude comme j’aime, il s’est passé quelque chose de fabuleux. Alors que j’attendais patiemment que mon homme termine le boulot, dans son atelier de réparation de vélo, un livre inspirant à la main, c’est sans crier gare que cette « si malheureuse enfance«  a fait place à quelque chose de magique, de féerique, d’incommensurablement doux…

Mes souvenirs d’enfance et d’adolescence enfouis dans les profondeurs abyssales de mon cœur ont refait surface, l’un après l’autre, révélant toute la précieuse douceur des jours heureux passés avec ma mère, et puis ceux passés avec les autres membres de ma famille…élargie… Tout me revenait alors que l’épais brouillard qui obscurcissait mes idées depuis presque toujours se dissipait peu à peu.

Ma mère m’est enfin apparue plus vraie que jamais, dans toute sa bonté, et c’est là que j’ai compris à quelle point elle s’était démenée toutes ces années afin de nous faire vivre, à ma sœur et à moi, de beaux moments, des instants de pur bonheur, malgré tout le poids de son monde qui s’abattait sur ses épaules, alors que nous n’étions que des enfants et qu’elle était encore si fragile.

Ma mère qui, malgré tout, a conservé son cœur d’enfant, ce même cœur qui lui permet encore et toujours de s’émerveiller devant toute les beautés qu’offrent ce monde et de pleurer lorsqu’elle se sent blessée ou impuissante.

Pourquoi est-ce que je parle de ma mère? Outre le fait qu’elle mérite largement que je parle d’elle en des termes positifs, la grossesse fait naître en moi un renouveau créatif et je sens jusqu’au fond de mon âme que cette créativité je la dois principalement à ma mère, qui telle une fée, a su ponctuer mon enfance de souvenirs tendres et colorés.

Je ne sais si je dois cette soudaine clairvoyance à ma récente maternité ou encore au fait d’avoir rencontré un être qui me complète parfaitement dans tout ce que je suis devenue, mais une chose m’apparaît certaine, ma mère a également contribué à rendre possible le bien-être que je ressens enfin avec toutes ses petites attentions et intentions semées par-ci, par-là, au gré des fêtes et des saisons, à coup de lasagnes et de gâteaux au chocolat.

Namasté!

Marie-Ève

(Publication originale sur la page Naissance d’une maman– 20 juillet 2016)

Publicités

Une réflexion au sujet de « { Lasagnes et gâteaux au chocolat } »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s